artistes-italiens.forumsactifs.fr

forum consacré à Michele Pertusi et Ferruccio Furlanetto
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Critiques de concerts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Critiques de concerts   Jeu 25 Oct - 22:20

C'est ici

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Re: Critiques de concerts   Sam 1 Déc - 23:42

Guillaume Tell (Rome, Novembre 2007)

Mercredi soir j'ai écouté la production romaine de Guillaume Tell en direct de l'opéra de Rome (version originale) avec le cast suivant

direttore: Antonio Pappano
Guillaume: Michele Pertusi
Arnold: John Osborn
Mathilde: Norah Amsellem
Jemmy: Ellie Dehn
Walter: Alex Esposito
Edwige: Laura Polverelli
Pécheur: Celso Albelo
maestro del coro: Norbert Balatsch

Le point faible de la distribution est sans aucun doute Norah Amsellem (Matilde) qui a eu toute la soirée de gros problème avec les aigus. En revanche, Michele Pertusi est magistral en Guillaume; la performance est d'autant plus remarquable qu'il chante en alternance Guillaume Tell et Mosé in Egitto. La prière du 3e acte était remarquablement chantée, et le triomphe reçu est largement mérité. John Osborn a été un très bel Arnold jusqu'à la cabalette du 4e acte ou il a fait un gros couac sur l'aigu final; il a cependant reçu un accueil très chaleureux du public. Les autres artistes étaient très corrects mais je m'abstiendrai de tout commentaire concernant Albelo (pêcheur) qui chantait dans le premier acte qui m'a échappé.

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Re: Critiques de concerts   Lun 18 Fév - 17:53

Scènes du Faust de Goethe (Robert Schumann, 1843/1853) 13 Janvier 2008 au téatro régio di Parma

Chef d'orchestre Donato Renzetti
Metteur en scène Hugo De Ana
Décors, Costumes Hugo De Ana
Lumières Hugo De Ana
Chef de choeur Martino Faggiani
~
Faust, Pater Seraphicus, Doctor Marianus : Markus Werba
Gretchen, Una Poenitentium : Daniela Bruera
Böser Geist, Mephistopheles, Pater Profundus : Michele Pertusi
Ariel, Pater Ecstaticus : Richard Decker
Sorge, Martha : Désirée Rancatore Sabina von Walther
Not, Magna Peccatrix : Sabina von Walther
Mangel, Mulier Samaritana, Mater Gloriosa : Nino Surguladze
Schuld, Maria Aegytiaca : Stefanie Iranyi

Dernier acte de la trilogie autour de Faust organisée par le régio de Parme depuis 2006, cette oeuvre de Schumann a d'abord été composée comme un oratorio plus que comme un opéra; cependant le régio a voulu relever le pari d'une mise en scène et il est relevé avec difficulté. Si les vues futuristes de Hugo de Ana ont fait de La damnation de Faust une réussite en 2007, elles n'ont pas donné le meilleur pour ces scènes du Faust de Goethe; il y a cependant de très bonnes idées et la dynamique de la mise en scène est quand même préservée.
La distribution, ou chacun des artistes chante plusieurs rôles, est homogène dans l'ensemble et donne à entendre de fort jolies choses. On regrettera la présence de Désirée Rancatore dont la voix semble subir les outrages du temps ou d'un surmenage certain; quel dommage que cette artiste qui a tant donné à l'art lyrique ait tant peiné ce soir. Nino Sugurladze confirme la très belle surprise de la production précédente et l'on surveillera attentivement cette jeune et belle artiste dans les années à venir. Stefanie Iranyi est certes correcte mais pas marquante au point que l'on se souvienne d'elle. Sabina von Walther ne marque pas non plus beaucoup mais la voix est très belle et dans le futur si elle travaille encore un peu elle pourrait bien refaire parler d'elle. Richard Decker a une jolie voie de ténor et donne lui aussi de belles choses à entendre. Michele Pertusi excellent débute dans une oeuvre en allemand et pour se faire a travaillé en amont avec un professeur d'allemand pour être au plus près des émotions des personnages qu'il avait à interpréter. A une ou deux reprises la voix a eu de petites faiblesses mais sans conséquences sur l'ensemble de la soirée. Markus Werba a une voix de baryton chaleureuse et complète avec bonheur ce très beau cast. Les choeurs et l'orchestre du régio de Parme placés sous la direction de Donato Renzetti étaient en grande forme; quant au chef très inspiré il a fait une très belle prestation.

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Re: Critiques de concerts   Sam 15 Mar - 22:12

Maometto II, concertborrow, 14 Décembre 2007


Myrto Papatanasiu ... Anna Erisso

Bruce Ford ............... Paolo Erisso

Michele Pertusi ............. Maometto

Hadar Halevy ........................ Calbo

Paul Austin Kelly ...... Condulmiero

Paul Austin Kelly ................ Selimo

Netherlands Radio Chorus and Chamber Philharmonic

Roberto Rizzi Brignoli, conductor

Je l'ai écouté cet après midi, c'est remarquble de clarté. La prise de son est excellente ce qui est rare pour une retransmission web-radio.
A tout seigneur tout honneur, Michele Pertusi en Maometto est parfait dans ce rôle, il ne tremble pas face aux pics d'un rôle terrible à la tessiture assez étendue. Myrto Papatanasiu (Anna) fait une entrée timide mais se reprend de très belle manière; la jeune fille balance entre espoir et inquiétude, amour et haine pour finalement se sacrifier par amour pour son père, sonépoux et sa patrie. Bruce Ford (Erisso) semble bien peu présent et même plutôt terne dans les premières scènes. Même s'il se reprend par la suite son Erisso fait en fin de compte bien pâle figure face à Maometto, Anna et Calbo. Hadar Halevy (Calbo) a une jolie voix mais quel dommage que les graves ne soient pas vraiment au rendez vous car elle donne à son personnage des accents criants de vérité. Paul Austin Kelly (Condulmiero/Selimo) complète avec panache une fort jolie distribution cependant dominée par un Michele Pertusi en grande forme. Roberto Rizzi Brignoli dirige avec bonheur le Netherlands Radio Chorus and Chamber Philharmonic qui donnent à la musique de Rossini tout l'éclat qu'elle mérite. Une très belle soirée pour ceux qui ont eu le privilège de voir la production en direct.

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Re: Critiques de concerts   Sam 12 Juil - 16:31

Don Carlo, 11 Juillet 2008

Après une recontre avec quelques forumeurs et quelques frayeurs pour trouver ma place je me suis "concentrée sur l'écoute de ce Don Carlo.
Secco annoncé souffrant en début de soirée a quand même donné une très belle prestation même s'il n'était pas à 100% de ses moyens. Depuis 2006 (Adorno dans Simon Boccanégra) il a fait de gros progrès : la voix a muri et il a pris beaucoup d'assurance au niveau scénique. Son Don Carlo est émouvant à tous points de vue. Tamar Iveri est correcte en Elisabetta mais elle semble ne pas oser s'investir dans son rôle car il lui arrive d'être couverte tant par l'orchestre que par ses partenaires. L'Eboli de Naef est une catastrophe ambulante et on se demande comment la mezzo suisse a pu accepter un rôle aussi écrasant pour ses épaules. Si la chanson du voile n'est pas terrible le O don Fatale est franchement mauvais et entre les deux il n'y a pas grand chose qui puisse être sauvé. Le Posa de Dmitri Hvro*** est pas mal mais la voix manque par trop de volume surtout dans une salle comme Bastille. Tebaldo pas mal; Lerma pas très juste mais la voix est correcte. L'inquisiteur de Petrenko est plutôt bien et c'est un bon acteur quant à Paul Gay (frate) c'est pas mal avec une réserve sur les graves à la fin de l'air du premier acte. Le grand triomphateur de la soirée est sans aucun doute possible Furlanetto en Filippo II. Excellent comédien rompu aux ficelles de ce rôle qu'il ballade sur les scènes internationales depuis des années, il a en plus une voix qui colle parfaitement au personnage. Il écrase Posa et l'inquisiteur dans les deux duos et et son aria du 4 "Ella giammai m'amo" est magistral. Le déplacement vaut le coup rien que pour le voir sur scène. Les choeurs sont calamiteux (pour rester polie) et l'orchestre semble être pétrifié par la direction pas du tout enthousiasmante du chef qui ne peut empêcher les décalages récurents surtout dans la scène de l'autodafé ou chacun semblait jouer pour soi sans cohésion avec les voisins ni avec la scène.
la mise en scène est plutôt pas mal même si j'aurais préféré qu'elle soit un peu plus vivante et les costumes sont également sympas.

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Re: Critiques de concerts   Dim 13 Juil - 21:38

J'ajoute que j'ai eu le privilège de voir Ferruccio Furlanetto après la représentation. Comme il a été très sollicité, je n'ai pas pu lui parler très longtemps mais c'est déjà un bonheur d'avoir pu le rencontrer même une mn. Il sera à Paris en Avrril et Mai prochain pour Macbeth ou il chantera Banco

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Faust, Berlin Février 2009   Dim 22 Fév - 13:06

Je suis revenue Lundi soir de Berlin ou j'ai passé un week end sous la neige.
En ce qui concerne Faust, vocalement c'était excellent avec une diction de très correcte à parfaite pour René Pape qui a été malade pendant la pause au point de devoir faire appel à un médecin pour pouvoir continuer; il a cependant été excellent malgré ses problèmes de santé. La jeune soprano Marina Paploskaya était annoncée souffrante dès le début de la soirée mais elle a quand même donné de très belles choses à entendre. Le ténor Charles Castronovo a été lui aussi excellent et je l'ai trouvé bien meilleur que Roberto Alagna dans ce même rôle l'été dernier. Roman Trekel est un Valentin de très belle tenue et Silvia De la Muela campe un beau Siebel. Dans mon papier je tape joyeusement sur la mise en scène inconsistante des décors laids au possible et l'absence de costumes sauf pour Méphisto en seconde partie de soirée.

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Re: Critiques de concerts   Jeu 26 Mar - 17:56

La sonnambula, Metropolitan Opéra de NY 21 Mars 2009

Pour cette nouvelle production diffusée en direct dans un certain nombre de salles de cinémas en France et sur France Musique, le met nous a proposé La somnambule de Bellini. C'est l'un des opéras les plus populaires du compositeur avec Puritani et Norma entre autres. Les trois rôles principaux étaient tenus par la soprano française Natalie Dessay le péruvien Juan Diego Florez et l'italien Michele Pertusi et la direction musicale était assurée par Evelino Pido.
Dessay n'était visisblement pas au top de sa forme et était au mieux correcte et la très belle interprétation de "Non credea mirarti" et de la scène finale ne rattrape pas vraiment une prestation qui aurait pu être bien meilleure. Juan Diego Florez a donné une très belle interprétation du rôle d'Elvino en dépit de quelques hésitations ici et la. Dominant le cast de la tête et des épaules, Michele Pertusi campe un comte Rodolpho de grande classe tant vocalement, la voix a changé et acquis une maturité nouvelle qui séduit à la première écoute. Evelino Pido à la tête de l'orchestre et des choeurs du metroplitan opéra était en grande forme ce soir la.

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Re: Critiques de concerts   Mar 28 Avr - 15:53

Macbeth, Opéra de Paris, 26 Avril 2009

J'avais lu des critiques quelque peu négatives sur ce Macbeth. Je dois reconnaitre que si certaines d'entre elle sont justifiées, notemment en ce qui concernent la mise en scène, d'autres me paraissent quelque peu irritantes.
Concernant la mise en scène, Tcherniakov a transposé l'action dans la Russie actuelle et utilisé les techniques modernes en se servant de google earth. Régulièrement le "machin" zoome et dézoome entre une maison bourgeoise et un "village", faute d'un meilleur terme, construit en bois censé représenter la forêt; pourquoi pas. Il y a quand même des incohérences ahurissantes comme par exemple la disparition de tout l'apsect fantastique de l'opéra : disparues les sorcières remplacées par le peuple, disparus aussi le fantôme de Banco et toutes les apparitions que les sorcières imposent à Macbeth quand il retournent les voir, une sonorisation qui gâche les scènes les plus dramatiques de l'oeuvre et j'en passe.... Des décors sans intérêt, des costumes inexistants puisque tout le monde est en tenue de ville et aucune direction d'acteur.
Vocalement, j'ai été bluffée par Urmana qui, annoncée souffrante en début d'après midi, a chanté d'un bout à l'autre de la représentation avec une énergie et une vitalité remarquable. Elle n'a zappé que l'aigu final de la scène du somnambulisme ce qui me parait dérisoire vu la prestation qu'elle avait donnée avant. Tiliakos m'a semblé être un bon Macbeth mais la voix est trop souvent couverte par l'orchestre et elle parait être bien courte pour une salle comme Bastille; néanmoins la voix est belle et tient bien la route. Furlanetto maintenant. J'ai lu ici et la à quel point il était mauvais tant comme chanteur que comme comédien, il me semble cependant, que c'est disproportionné; en ce qui concerne Banco, c'est vrai l'entrée est hésitante, et pas forcément très bien, mais il donne quand même à entendre de très belles choses à entendre; il est cependant évident que Furlanetto est plus à son aise dans des rôles de premier plan comme Filippo II (Don Carlo), Leporello/Don Giovanni (Don Giovanni) et tant d'autres. Stéfano Secco en Macduff montre lui aussi de très belles choses. Le cas Currentzis à présent; le jeune chef met beaucoup d'enthousiasme, un peu trop même par moments, dans sa direction au point de couvrir les voix ici et la. A sa décharge la sonorisation qui s'invite aux moments les plus dramatiques de l'action gêne et le chef et les chanteurs évoluant sur le plateau. L'orchestre fait parfois entendre son pupitre de vents trop fort mais c'est plutôt pas mal quant aux choeurs si la préparation musicale est visiblement meilleure, la diction est franchement mauvaise et il a fallu tendre l'oreille pour comprendre ce qu'ils chantaient.

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
calbo
Admin
avatar

Nombre de messages : 254
Age : 46
Localisation : Pictavia
Date d'inscription : 14/10/2007

MessageSujet: Re: Critiques de concerts   Mar 2 Fév - 19:57

La sonnambula 25 Janvier 2010

Cet opéra considéré comme mineur par beaucoup à cause de son livret pour le moins naïf, n'en est pas moins très beau musicalement avec des airs de toute beauté comme "vi ravviso luoghi ameni" (conte rodolfo) et la scène du somnambulisme de la malheureuse Amina au second acte. La production actuelle marque le retour de somnambule à l'Opéra National de Paris avec Natalie Dessay dans le rôle titre, Javier Camarena (dont c'est la prise de rôle) en Elvino et Michele Pertusi dans le rôle de Rodolfo. C'est Evelino Pido qui dirige l'orchestre et les choeurs de l'Opéra de Paris.
Dessay annoncée souffrante (elle a une pharyngite assez méchante)a tenu a chanter et a affronté le rôle avec courage; c'était loin d'être génial mais ce n'était pas indigne non plus. A sa décharge outre la maladie, le chef était vraiment peu inspiré et la mise en scène ne la mettait pas forçément en valeur. Camarena est un Elvino tout à fait honorable, je rappelle qu'il faisait ce soir la sa prise de rôle, et il ne peut que progresser dans ce type de rôle si tant est qu'il mène sa carrière avec prudence sans se fourvoyer dans des rôles trop lourds pour la voix légère qui est la sienne. Michele Pertusi qui ballade Rodolfo sur les plus grandes scènes internationales depuis plusieurs années a été un excellent Rodolfo bien qu'il ait été à plusieurs reprises couvert par Pido qui m'a semblé bien peu respectueux du travail de son chanteur et c'est bien dommage. le chef italien justement qui a été par trop inégal alors qu'il connait parfaitement le répertoire bel cantiste et cette oeuvre en particulier qu'il dirigeait au metropolitan opera de New York il y a tout juste un an avec Dessay et Pertusi (cf compte rendu du 26 mars 2009). Certes c'était la 1ère mais cela me parait un peu léger pour montrer une vision aussi peu inspirée de La somambule. La mise en scène sans être géniale n'est pas non plus indigne mais manque cruellement d'imagination et quelques erreurs de placements, de mouvements et d'entrées ternissent le travail effectué par Marelli qui s'est retrouvé à utiliser la mise en scène de l'Opéra d'Etat de Vienne (Autriche). C'est, me semble-t-il plus du gâchis qu'autre chose et quel dommage que Nicolas Joël n'ait pas demandé à Marelli de fournir un "matériau" un peu plus personnel.

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artistes-italiens.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critiques de concerts   

Revenir en haut Aller en bas
 
Critiques de concerts
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La valeur réelle des critiques en musique classique ?
» Les critiques pas sympas sur 30 Seconds To Mars!!
» Vos derniers CDs écoutés: critiques (Mars 2006)
» Les critiques de Cyprien
» [CRITIQUES] de l'album "MICHAEL"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
artistes-italiens.forumsactifs.fr :: 2ème étage : musique :: musique classique-
Sauter vers: